mercredi 2 avril 2008

L'insulte de ma vie

Nous sommes à la bibliothèque et il y a plus de mouvements et de bruits qu'à l'habitude. La raison? La date: le 1er avril. Alors, puisque c'est la dernière heure de la journée, je laisse du lousse à ma laisse et ils en profitent pour se coller des poissons "cheap", découpés à la sauvette, qui n'ont plus l'air de poissons du tout. Bah, on s'en "fish"!

Une de mes six beautés africaines vient me voir avec ce que j'imagine qui devait représenter un poisson. Bon, ça ressemble plus à une croquette de poulet par sa forme et sûrement son goût mais je ne me suis pas laissé tenter.

-Regarde, En Saignant, ce qui est écrit dessus! me dit-elle, brandissant la masse informe devant elle.

Il y est inscrit "kick-moi". Wow, jamais je n'aurais pensé à écrire celà. Non, mais si je réussis à trouver lequel de mes ti-culs a écrit celà, c'est certain, il aura de très bon commentaires dans la compétence transver-sale "Mettre en oeuvre sa pensée créatrice". Je fais donc un appel à tous.

-OK, qui a collé celà dans le dos de ma sombre amie? que je demande, la voix assez forte pour qu'on m'entende jusque dans le coin des encyclopédies.

-C'est Baboune! me répond Stool.

-Baboune, viens me voir! que je dis.

Il s'avance vers moi, prenant ses airs de dur à mesure qu'il s'approche de moi. Un regard à la limite de la caricature, une posture qui lui vaudra sûrement quelques traitements de chiro un jour, vous voyez le genre?

-Est-ce toi qui a posé celà dans le dos de ma sombre amie? que je lui demande.

-... répond-il.

-Excuse-moi, c'est la deuxième syllabe qui m'a échappé. Pourrais-tu répéter? que je lui dis.

-Euh? qu'il me répond.

-C'était une blague! Il n'y avait pas de deuxième syllabe, tu n'avais rien dit! que je lui dis.

-De quoi, une salade? me demande t'il.

-Oh boy.... Ok, laisse faire. Est-ce toi qui a collé celà dans le dos de ma sombre amie? que je lui demande à nouveau.

-Ben non! C'est 50-livres-de-nerfs! qu'il me dit.

Je le laisse partir et repart mon appel.

-50-livres-de-nerfs, viens me voir s.t.p.! que je l'appelle.

Il s'approche de son pas nerveux, les yeux clignants à un rythme effarant, la bouche commençant déjà à s'accrocher dans les mots qu'il n'a même pas encore prononcé.

-Oui, oui, oui, En Saignant? Qu'est-ce qu'il y a, qu'est-ce qu'il y a, qu'est-ce qu'il y a? déblatère t'il, aussitôt arrivé devant moi.

-Tout d'abord, calme-toi! que je lui dis. Respire avec moi. Un, deux, un, deux...

Il respire avec moi. Le pire, c'est que vous croierez surement que j'invente cette partie de mon anecdote mais c'est vrai. Si je ne le fais pas, il tente de répondre et sortent de sa bouche une série sons qui ne vont simplement pas les uns avec les autres. Il est tellement nerveux qu'il n'a pas les nerfs en boule, il a les nerfs en billes.

-Est-ce toi qui a collé ce poisson dans le dos de ma sombre amie? que je lui demande

Un silence, juste assez long pour être incriminant, est le seul son qu'on entend.

-C'est beau, je crois que ça veut tout dire! lui dis-je. Tourne-toi s.v.p.

Je ne peux m'empêcher de penser que si j'avais enseigné 100 ans avant aujourd'hui, cette parole l'aurait horrifié.

-Tiens! lui dis-je en lui collant le poisson-kick-moi dans le dos. Si tu as été capable de le coller, tu es capable de l'endurer.

Il s'en retourne à sa place et tente de le décoller mais n'est pas tellement souple. Ça le choque encore plus. Il me regarde maintenant d'un regard qui, j'avoue, m'aurait fait peur s'il avait pesé 250 livres de plus et qu'il avait porté autre chose qu'un petit duvet au-dessus de la lèvre supérieure (mes amis d'enfance, des gars d'une classe douteuse, appelaient celà un pubis!).

Plus les minutes avancent, plus il devient frustré.

-Et puis, aimes-tu mieux t'asseoir dos à un mur avec des mots pareils dans le dos? que je lui lance.

Il fulmine. J'avoue, j'en mets épais. C'était la rencontre de parents la semaine dernière et sa mère lui avait parlé de ses yeux en l'air, de ses réponses respectueusement faibles et de tout le reste. Je croyais qu'il avait compris mais non, ça n'a jamais cessé depuis. Alors, je le travaille un peu...

Je retourne à mon boulot de correcteur jusqu'à temps que Baboune vienne me voir.

-En Saignant? me dit-il.

-Qui ose venir me déranger pendant que je vous évalue? Qui? Qui? que j'ironise.

-Euh... Ben... C'est moi, Bab! qu'il me répond.

-Je sais, je niaisais! que je lui dis.

-Moi, je trouve ta blague plate. J'aime seulement les blagues de Will Fer...

-Qu'est-ce qu'il y a? que je l'interrompts.

-50-livres-de-nerfs t'a insulté, qu'il m'annonce.

Je regarde dans sa direction et son regard allant du livre à moi et de moi au livre sans arrêt me fait dire que Bab dit la vérité.

-Qu'est-ce qu'il a dit? que je lui demande.

-Que tu étais blanc! qu'il me répond, le sourire aux lèvres, fier de son coup.

-Pardon? que je lui demande, l'air éberlué.

-Il a dit que tu étais juste un blanc! qu'il me répète.

Dans ma tête, c'est le vide. L'absence de réaction la plus totale. Comme si j'étais tombé dans la lune pendant une leçon de maths et en avait profité pour demander à mes quatre ti-culs s'y trouvant de revenir en classe.

-Mais... que je commence.

-Mais quoi? me lance 50-livres-de-nerfs de l'autre bout de la biblio, le regard défiant.

-Mais... que je recommence.

-Mais quoi, mais quoi? Awoye! Mais quoi? claironne t'il.

-Mais, TU ES BLANC!!! que je lui lance.

Son sourire disparaît car il lit tout le mépris que j'ai dans mes yeux, maintenant grands comme des sous-verres.

-TU ES BLANC! que je lui répète, tenant de bien saisir l'ironie de la situation. TU... ES... BLANC!!!

-Ok, j'ai compris! qu'il me lance.

Ma sombre amie s'approche de moi, entourée de ses amies de la même couleur, toutes aussi magnifiques les unes que les autres (demandez à PMT) et me lance:

-Il me semblait bien que tu dansais mal pour un noir!

Tout le monde se met à rire, moi le premier. Enfin, presque tout le monde. 50-livres-de-nerfs ne rit pas.

Il n'a pas eu de conséquences. Que vouliez-vous que je lui donne? Soupir...

Sur le chemin du retour, je pensais à Blondinette et à la face qu'elle ferait lorsque je lui annoncerait que finalement, son couple n'était pas multiethnique. Mais bon, je crois qu'un minuscule détail m'avait déjà trahi.

22 commentaires:

Gooba a dit…

C'est Blondinette qui t'a forcé à écrire "minuscule" ou tu as la force de l'annoncer publiquement par toi-même? :o)

Prof malgré tout a dit…

Héhéhéhé... J'ai bien rigolé! Sacré Bab... il est intraitable!

Zed Blog a dit…

Hahaha, Gooba! À moins que ce soit « détail »?

Histoire très audio-visuelle, O positif. Z :)

En Saignant a dit…

Gooba: Une petite voix me disait que tu allais accrocher à ce genre de "détail". Les sondages, peut-être? :o)

PMT: Merci du commentaire sans aucun sarcasme. Tu m'inquiètes un peu cependant. 01:51AM??? ;)

Zed: Alors, appelons celà une histoire "rétro"! Mais il y a tout de même de ces détails qui nous paraissent tellement petits mais qui ont une ÉNORME importance. :)

Zed Blog a dit…

O positif, je ne VOIS pas ce que tu veux dire. Je ne veux pas non plus!

Rétro, dis-tu? Et nos commentaires, tapés à la main? Vous êtes trop gâtés, côté matériel technologique à la CSDM.

(Je relirais ma réponse au commentaire de Gooba, si j'étais toi. Freud se tord dans sa tombe...)

;-) Z

Intellex a dit…

Je.ne.veux.jamais.voir.les.petits.dans.la.réalité.
Comme quand on regarde un film adapté d'un excellent roman - les couleurs ne sont jamais les mêmes.
J'imagine tous ces surnoms, je leur colle des visages, des vêtements et des timbres de voix et je les ris d'autant plus qu'ils sont "ma" réalité.
Maintenant, je vous vois grège, En Saignant. Ni blanc, ni noir, ni jaune, ni vert. Grège. En prime, je viens de vous dessiner des attributs qui sont loin d'être avantageux pour votre gent... Et je ris encore plus...

Zed Blog a dit…

Pire encore si on pense que l'attribut s'accorde en genre et en nombre avec le sujet auquel il se rapporte. Fais soigner ça! Ça urge.

Z :D

Le professeur masqué a dit…

PMT quin donne le sein, M.-O. Globine qui a un petit détail... Décidément, on commence à en savoir davantage sur vous. mais est-ce à votre avantage?

Prof malgré tout a dit…

T'as rien compris Prof Masqué. C'est Globule qui m'allaite, pas le contraire.

Hum... Je ne replace pas 50-livres-de-nerfs. Son nom commence par F?

Zed Blog a dit…

F, Fff... Fffff.... Fareinheit?

Jamais plus Québec Sang n'osera s'absenter... C'est pire ici qu'une classe sang Saignant.

Prof masqué, un petit détail, minuscule, avec ça? La reine des oxymorons salue bien bas le roi des pléonasmes. Z :)

En Saignant a dit…

Intellexuelle, merci de montrer autant de classe dans tes commentaires. Tu remontes vraiment le niveau qui est, disons-le, rendu bien bas.

Si vous n'arrêtez pas, surtout PM et Zed, vous aurez une réflexion à faire... :)

Zed Blog a dit…

C'est pas nous.

Bas? Problèmes de prostate? Hummm à faire vérifier. ;-)

Je ris, si tu savais! Ça fait tellement de bien! T'as rien qu'à être là.

Et on voit bien que tu as des chouchous puisque ellllle, qui a parti le bal, en haut, elle n'a pas de conséquence. Pfff...

Et c'est rien parce que, comme le nez de PMT, ça se promène parrrtout, partout.

Et si c'est de rire qui nous sauve (Intellex...uelle : esprit tordu, Sanguin), bien je suis sauvée. :D Z

Daniel Rondeau a dit…

Tu ne pouvais pas donner de conséquences à 50-livres-de-nerfs: tu l'avais blanchis!

Jhon a dit…

J'ai ris en lisant l'article, mais encore plus en lisant les commentaires :)
Bravo pour la réplique de la deuxième syllabe, c'est très bien trouvé ^^

Plus sérieusement, je suis prêt à parier que "50 livres" a lancé cette insulte-là parce qu'il a entendu quelqu'un la dire et l'a retenue comme étant une injure, mais sans comprendre le sens des mots.

Blondinette a dit…

Tu sais ce que l'on dit: vaut mieux en avoir une petite travaillante qu'une grosse paresseuse.....

Gooba a dit…

@ En saignant : Je ne sais VRAIMENT pas pourquoi tu pensais que j'allais accrocher à ton tout petit détail...

Je pense quand même que l'idéal, c'est une grosse travaillante! :o)

Va vraiment falloir que tu arrêtes d'écrire des billets tendancieux, En saignant parce que finalement, tu es lu par une bande d'obsédés!

Zed Blog a dit…

Blondinette,

Tu es petite?

Zed :)

unautreprof a dit…

ahhhhh
me rappelle des souvenirs ce genre d'histoire.

La pire insulte n'était pas blanc mais bien : "québécois"

Ooooooooh, ça, ça faisait mal;)

En Saignant a dit…

Il y a de ces moments où on a l'impression d'avoir perdu le contrôle de notre propre blogue....

Zed: Tes commentaires, habituellement d'une telle richesse intellectuelle, me laissent perplexe. Tu es chanceuse que nous soyions tous des gens brillants ici qui savent comprendre les double et les triple sens de tes commentaires. Mais pense un peu à moi: JE suis celui qui doit tout expliquer à PMT le lendemain matin à l'école. Et expliquer à un artiste, ça peut parfois être long en ta... :)

Daniel: Merci de ta visite. Si tu es comme moi sur ton blogue, tu viens souvent regarder par la fenêtre mais tu ne cognes pas à la porte. :)

Jhon: Ouais, je sais. Un jour, je me promets de faire un billet sur les "best of" de tous les commentaires.

Surement que tu as raison pour 50-livres. Mais comme 80% des garçons de mon groupe, je cherche toujours à le comprendre.

Blondinette: Est-ce que tu me trompes avec une autre trompe? :)

J'aime quand tu me laisses des messages et merci pour les encouragements!!!

luv u

Gooba: Alors, en tant que présidente de la "bande" d'obsédés, je te promets un billet dans un avenir pas si lointain qui saura vous ravir... J'ai un blogue privé que je garde pour moi pour l'instant mais on verra bien un jour... Pour le billet moins hardcore, l'idée est là mais demande de paufiner de GIGANTESQUES détails. :)

Unautreprof: Je crois qu'on a tous passé par là. Et le défi est toujours dans nos réactions...

Allez, vous avez égayé ma semaine, gang d'obsédés. Pourquoi aller au Yullblog lorsqu'on peut avoir du fun comme ça?!?

Prof malgré tout a dit…

"Il y a de ces moments où on a l'impression d'avoir perdu le contrôle de notre propre blogue...."

Présomptueux, tu es.

Tu as 24 heures pour changer de mot de passe ou je te montre c'est qui le boss icitte!

Zed Blog a dit…

Pendant que tu expliques à PMT, tu n'as pas à l'allaiter puisqu'il est alors tout ouie (ce qui lui en bouche un coin).

Que veux-tu, jouer sur les mots, ce n'est pas dans ses cordes. N'écoute surtout pas ses fanfaronnades. Je doute que votre accord soit jamais barré. Il aurait tant aimé avoir le dernier commentaire, mais comme il est mûr pour une petite réflexion, suite à ses menaces, je me sacrifie.

Écris la date, car les doubles sens sexuels, c'est en dehors de mon territoire de prédilection. Ce qu'on ne ferait pas pour faire rigoler nos amis.

Zed ;-)

Je t'aime bien quand même, PMT. Pleure pas.

The Mef Thing. a dit…

Hors sujet de ces commentaires:
j'aime beaucoup pour ma part le concept de "réponses respectueusement faibles", expression que je n'ai pas entendue ou lue ailleurs qu'ici!