jeudi 9 juillet 2009

Être père, ça change pas le monde...


Personnellement, je trouve que le sommeil, l'intimité, la sexualité, les soupers bien arrosés entre amis, les soirées de poker, les vacances à l'extérieur de la maison, prendre le temps de répondre aux commentaires sur son blogue, écouter une seule émission d'Alias, penser, seulement penser aller au cinéma et toute autre activité associée aux vacances très surévaluées.


Soupir.

6 commentaires:

Plotin a dit…

Surtout si c'est pour s'occuper d'un bébé charmant comme celui sur la photo de ton billet... ;-)

Une Peste! a dit…

Boire de la sangria, faire de la terrasse, se vernir les ongles d'orteils, se prélasser au lit, lire tout et n'importe quoi, aller perdre du temps chez Canadian Tire, faire de la piscine, farnienter sont aussi des activités hautement toxiques, tant qu'à moi.

Quoi de mieux qu'un bébé neuf pour nous faire réaliser ce à quoi peut ressembler la lune à 2hrs du mat. Hé.

;-)

Dans 20 ans, promis, tu auras récupéré tout ce sommeil perdu, promis.

Missmath a dit…

Profite, profite, profite, tout ce temps passe tellement trop rapidement.

Drew a dit…

M'en suis rendu compte en regardant mon laisser-passer saisonnier pour les parcs de la SEPAQ...

Me faut m'en faire mon deuil cet été :-(

Mais hey! Ça vaut tellement la peine :)

CAtharsis a dit…

Que c'est bien dit.

L'ironie c'est qu'avant les enfants, on ne soupirait pas le fait d'être un couple sans enfant. On ne savait tout simplement pas le bonheur qui nous attendait.

L'ensaignant a dit…

Plotin: si ce n'était pas des droits d'auteurs impayés, je te dirais bien que c'est le mien.

Peste: c'est drôle parce qu'au moment même où je te réponds, la lune éclaire merveilleusement bien. Sans ironie.

Missmath: je ne l'ai pas, cette notion-là. Moi, j'ai déjà hâte aux blocs, aux camions et au tiraillage. Mais Blondinette l'a, par exemple. Une perception féminine?

Drew: la plupart du temps, c'est vrai. Mais maudit que les premiers jours sont toughs.

CAtharsis: c'est vrai qu'on ne manquait pas le temps d'avoir des enfants lorsque nous n'en avions pas. La reproduction est un concept bien abstrait.