lundi 8 décembre 2008

Huguette qui s'effeuillette

La grosse Huguette, sur sa gal'rie
Regarde le bar l'autre bord d'la rue
Se demandant si Valérie
S'rait pas partie y danser tou'nue

V'là ben des semaines, voire ben des mois
Qu'elle n'a pas eu vent d'sa cousine
Une rumeur court au IGA
Qu'a manque de fric pour ses binnes

La Huguette rentre dans sa maison
Bien décidée d'y voir plus clair
Enlève sa brassière de coton
Pour mettre son p'tit baby-doll noir

Ça doit ben faire que'q mois certain
Qu'a pas mis l'gros orteil dehors
Elle arrête son CD d'Louvain
Ses talons hauts, c't'à soir qu'a sort

Elle déboule jusqu'au coin d'la rue
L'monde qu'y'a croise en r'vienne juste pas
D'la voir marcher en p'tite tenue
Comme un iceberg en Alaska

Le doorman n'a pas l'temps d'péter
Qu'in déjà rentrée dans la place
Criant: "Manon, j'm'en viens t'chercher!"
Entourée d'hommes, seule de sa race

"C'est sur le stage que ça s'passe!"
Crie un saoulon au memb' dressé
Huguette regard' partout dans place
Quarante-huit mâles éberlués

"Mes p'tits cochons, vous allez voir
Le plus gros show de votre vie
Trustez-moi, c'est icitte à soir
Que s'arrêteront toutes vos envies"

Sur ces paroles, la v'là s'a scène
La musique stoppe, tout l'monde s'arrête
Dans une série de gestes obscènes
La v'là tout'nue, la grosse Huguette

A swing après le long poteau
Faisant trembler l'miroir derrière
Les hommes en r'crachent tout leur sirop
Le boss arrive: "Ah ben, ciboire!"

Huguette s'ramasse sur le trottoir
Aussi vite qu'ça prend pour dire cul
Les cochons tout' en ostensoir
Jure qu'y reviendront jamais plus

Manon sort en courant d'l'arène
S'arrête même pas pour prendre son dû
A retrouve sa cousine germaine
Pis à son bras traverse la rue

Le p'tit bar de danseuses tout'nues
A fermé quelques temps après
Huguette pis Manon, toutes émues
Ont vu ouvrir un cabaret

C'est dans la toute première rangée
Qu'a pu applaudir son Louvain
En l'imaginant étouffé
Le nez pogné entre ses deux seins

Et c'est ainsi que se termine
L'histoire d'Huguette qui s'effeuillette
Un p'tit péché écrit en rime
Pour vous faire rire par ce temps frette

9 commentaires:

Une Peste! a dit…

Clap, clap, clap.

Bon matin givré,
m'sieur l'ensaigné!

Drew a dit…

Belle job!!! Ça a marché pour le rire. En éclat si je puis dire ;-)

Prof malgré tout a dit…

Man... j'entends la toune. C'est super rythmique comme texte. C'est de qui?

Anonyme a dit…

Richard Desjardins
M'AS METTRE UN HOMME LÀ-DESSUS
Luc

En Saignant a dit…

Peste: (révérence) et bon matin enneigé à toi.

Drew: Merci pour la tape dans le dos!

PMT: C'est de moi. Ça fait longtemps que je te dis qu'on devrait faire des tounes... Alors, voilà le premier extrait! Mets-moi ça en musique et tu me fais la plus grosse surprise de l'année.

Luc: Tu as raison pour Desjardins. Je pensais à lui lorsque j'ai choisi le joual comme niveau de langue. J'avoue que l'inspiration est assez évidente.

Prof malgré tout a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Prof malgré tout a dit…

No way! Tu me niaises! C'est de toi?

Attends... à moins que ce soit moi qui te niaise.

Laisse-moi y penser un peu...


Effectivement, c'est moi qui te niaise. C'est un bon texte! T'as écrit ça à jeun?

Caboche a dit…

Joli texte. Michel Tremblay adorerait.

The B a dit…

Je connais une Hughette qui aime Michel Louvain. Sérieux. À cause d'un regard...maintenant plus rien ne nous sépare...je suis amoureux de la Dame en Bleu