vendredi 29 août 2008

Corneille

Deuxième journée avec eux. Je les connais à peine. Ils m'observent, tentent de me catégoriser. Est-ce un chialeux? Un exigeant? Un prof? Un mélange des trois?


Ils sont grands et petits, allumés et éteints. N'est pas venue l'heure des subtilités. Quelques semaines encore et ils seront rentrés chacun dans leurs petites cases. Je me connais.
Il est grand, il m'a regardé toute la journée d'hier, à travers les verres fumés de ses lunettes. Il a les cheveux ébouriffés, à peine peignés avec un sourire qui prend la moitié de son visage. Et il parle, et il parle. Je le connaissais déjà l'an passé et déjà, il parlait.
Ce matin, il entre dans ma classe. Il a le visage éteint, comme si une lumière s'était éteinte. Je le connais assez pour savoir qu'il peut être explosif dans ces moments-là, je l'ai donc à l'oeil le temps de la routine d'arrivée du matin. Soudain, il se lève, s'approche de moi et:
-Mes parents se séparent! Ils me l'ont dit hier! croasse t'il avec sa diction parfaite.
-...
Il retourne à sa place.
-Es-tu sérieux?
Il se retourne vers moi, les yeux déjà humides. Je ne peux m'empêcher de penser à une corneille en le regardant avec ses grands bras qui ressemblent à des ailes, avec ses cheveux hirsutes qui lui font comme un casque de plumes sur la tête.


-Oui, mon frère les a surpris à se chicaner et à parler de ça!
Dit fort devant tout le monde. Quand on reçoit une nouvelle comme celle-là, on se crisse des oreilles indiscrètes.
-Peut-être que ce n'est que passager, qu'en dis-tu?
Je vais te trouver de l'espoir, mon grand, quitte à t'en inventer. Il a un petit sourire en coin où dansent l'intelligence et l'orgueil.
-Ça fait deux mois qu'ils se chicanent tout le temps. Mon père est venu me parler après.
-Et il t'a parlé de se séparer d'avec ta mère?
-Oui. Il m'a dit qu'il achèterait une maison dans le coin afin de continuer de nous voir.
Une question me trottait dans la tête. Je l'ai posé, espérant pour lui qu'il me donne la bonne réponse.
-Ton père, lorsqu'il t'a parlé, avait-il l'air en colère ou calme?
-Il était calme. Pourquoi tu me demandes ça?
J'ai hésité. Il aurait compris si je lui avais expliqué, il est aussi brillant que ça. Il parle toujours mais la plupart du temps, c'est pour dire des choses intelligentes au moins.
-Rien. Écoute, bon courage, nous sommes avec toi.
Les sourires des autres me disaient que j'avais eu raison de lui dire cela. Comme une corneille, ses croassements leur tapent souvent sur les nerfs mais durant un instant, un court moment, ils ont oublié.
Il n'a plus croassé de l'avant-midi.

8 commentaires:

Mme Gronde Lacolère a dit…

C{ est vraiment beau comme tu sembles déja bien cerne l´éleve. Et si il, réfléchit a ta question, je le crois assez intelligent pour comprendre le sens de sa réponse. Accroche- toi parce- qu´avec l´estime qu´a cet enfant de lui-meme quand c´est calme, ca risque d´etre émotionnellement au cours des prochains mois.
pis, as-tu découvert un leader, j´ai hate de lire la description que tu en feras...

Yano a dit…

Pas facile pour une jeune grenouille d'avoir l'impression de voir son monde s'écrouler. Une dimension que j'ai oublié après toutes ces années.

JuJu2 a dit…

Pauvre petit!
Un grand drame qui peut changer le cours de sa vie!
Heureusement il a eu de la réception de la part de son professeur. Bravo!

J'espère pour lui que ses parents vont le tenir à l'écart de leurs disputes... c'est déjà assez difficile comme ça!
;)

Prof malgré tout a dit…

Ils ne se sépareront pas. Je les connais, je le connais. On gage quoi?

Prof malgré tout a dit…

En passant, y'est cool le nouveau, hein?

En Saignant a dit…

Mme Lacolère: Merci des encouragements. De toute façon, il ne sera pas seul dans tout ça, tu en as ma promesse.

Yano: Deux nénuphars qui s'écartent et plouf...

Juju: Ils ont l'air sensés. Je crois qu'ils vont "manager" cela comme des grands, avec le moins de dommages collatéraux.

PMT: Oh que je ne suis pas certain. Tu as l'avantage de les connaître, alors... Mais si j'étais toi, je ne parierais pas un xylophone, aussi vieux soit-il, là-dessus!

Pour ce qui est du nouveau, je préfère attendre. Il me semble bien mais j'en suis à mes premières impressions dans ce dossier comme dans les autres.

prof en exil a dit…

je ne les connais pas assez pour parier avec PMT, mais même si c'est une dure épreuve je préfèrerais qu'ils se séparent qu'ils continuent à se chicaner devant eux...

au besoin je suis là...maintenant! ;)

Caboche a dit…

Que l'enfant n'en fasse pas un grand secret, qu'il en parle à son prof, c'est une marque de confiance et surtout un bon coup de main qu'il se donne, sans le savoir puisqu'il aura besoin d'aide.
Mais que la séparation se fasse de façon civilisée ou pas, l'enfant sera perturbé et ça se verra.
Je me souviens d'un garçon (10 ans), qui avait tout gardé ça pour lui, et pendant un mois, sa caligraphie changeait jusqu'à que tous ses travaux deviennent complètement illisibles!