lundi 9 novembre 2009

Soirée d'automne

Je vous écris de mon balcon. On jurerait une soirée d'août alors que la trotteuse est déjà en novembre. Une cigarette au bec, les pieds froids mais non gelés, je laisse mes doigts s'éparpiller.

Je pense à mes élèves, même si je ne suis pas encore leur maître. Je les retrouve demain après un congé nécessaire. Seront-ils aussi beaux que lorsque mon regard s'est penché sur cette rangée de siège qui n'en finissait plus, à l'opéra? Certains dormaient, d'autres laissaient leurs têtes errer et enfin, les derniers étaient assis sur le bout de leur siège, l'oreille fidèle. Le même intérêt qu'en classe. Cette même curiosité qui rend les gens intéressants.

Je pense à mes filles et à mon garçon. Savent-ils que la vie est parfois un combat? Qu'il faut apprendre à rouler avec les coups, à laisser passer les nuages? Et que juste au moment où on croyait le temps arrêté, immobile, une douce musique le fait renaître? Et on avance, à petits pas, mais on avance...

Je pense à vous. À vos mots qui visent le coeur en faisant bien attention de l'effleurer, doucement. J'ai souvent l'impression de recevoir beaucoup plus que je donne ici.

Merci. Vraiment.

6 commentaires:

Lionne a dit…

Curieux, j'ai souvent exactement la même impression.

Merci à toi. Pour le choix des mots, pour l'émotion.

L'éducatrice vagabonde a dit…

Juste un petit mot en passant pour te dire que je suis certaine que tu te juges encore trop durement...
On ne se voit plus mais je continue de te lire fidèlement.
Gros bisou plein d'amour
Prend soin de toi et de ton petit zoo
Je suis certaine que si les étoiles ne sont pas encore apparues dans les yeux de tes élèves aux coeurs si poqués, que tu peux en revanche en retrouver un ciel complet dans les yeux de tes petits pour te mettre un peu de baume

Groopie et Mister B. a dit…

Novembre n'est pas le mois idéal... sûrement encore moins pour les enseignants qui ne peuvent faire autrement que de vivre avec les élèves qui leur sont assignés.

Dites-vous que les vacances de Noël approchent...

Bon courage!

CAtharsis a dit…

La vie est parfois un combat, c'est vrai mais tes enfants n'ont pas à le savoir dès maintenant. Il faut les préparer à être des combattants en cas de besoin, voilà tout.

Comment? en les aimant tout simplement.

Dans mon cas, ce fut déterminant et j'en bénéfice maintenant.

:)

L'ensaignant a dit…

Lionne: c'est à se demander si ce ne sera pas le lot des prochaines générations... Allez, on ne lâche surtout pas, hein?

Éducatrice Vagabonde: merci pour tes bons mots, dont tu n'as jamais été avare "de ton vivant"! ;)

Groopie et Mr. B: nous vaincrons! ;)

CAtharsis: je t'aime...

P'tit homme a dit…

Tes filles et ton fils auront un très bon modèle pour apprendre la vie! Leur père sera là pour eux, peu importe les événements!