jeudi 24 janvier 2008

L'épice rit

Il y a environ une semaine...

Blondinette: En Saignaaaaannntt, j'ai pensé à quelque chose!

En Saignant (inquiet): Oui?

Blondinette: L'épicerie, c'est toujours moi qui la fait à la course pendant mes périodes de spécialistes. Peut-être qu'on pourrait faire une semaine, une semaine? Tu pourrais y aller le lundi ou le mardi soir, une semaine sur deux?

En Saignant: O.K.

Vous pensiez que je serais déçu? Nan... Le IGA, un soir de semaine, presque désert? N'importe quand! Je suis à la recherche de moments Zeds, oups, zens, surtout depuis quelque temps. Et quoi de mieux qu'une belle musique d'épicerie pour réchauffer le coeur et se geler le cerveau?

Arrive donc mardi. Je suis tout excité d'aller me promener dans les allées, sans vieille madame avec des poils au menton pour me barrer le chemin. En plus, cette semaine, nous essaierons une nouvelle pièce de viande: le carré de porc à la méditéranéenne. Ma vie a t'elle déjà été plus excitante?

Je stationne ma Saignantmobile tout près de la porte d'entrée. Pas beaucoup de voitures, c'est un bon signe, non? En me dirigeant vers l'entrée, une voix que je connais trop bien vient à mes oreilles par les haut-parleurs:

La pendule fait tic tac tic tac
Les oiseaux du lac font pic pic pic pic
Glou glou glou font tous les dindons
Et la jolie cloche ding din don
Mais ...

Alors là, c'est le pied! Le fou chantant qui m'accompagne d'une de ses hymnes au bonheur dont seul lui a le secret. C'est trop, je regarde si quelqu'un me voit et je me risque pour quelques pas de danse bien sentis.

Boum
Quand notre cœur fait Boum
Tout avec lui dit Boum
Et c'est l'amour qui s'éveille.
Boum
Il chante "love in bloom"
Au rythme de ce Boum
Qui redit Boum à l'oreille

Le soleil n'est pas là pour me regarder mais même dans ce froid, je me sens au chaud. Deux jeunes qui ramassaient des paniers, que je n'avais pas vu, applaudissent mes efforts, un grand sourire accroché aux lèvres. Je leur souris et leur fait mon salut. Ça sera une belle soirée!

Je commence par les fruits. Une vieille dame, épilée, tente d'atteindre les bananes tout en haut de l'étalage.

En Saignant (souriant): Vous avez besoin d'aide?

Madame Épilée: Oh, vous seriez tellement gentil!

Je prends les bananes, les lance de ma main droite et les rattrape de ma main gauche. Elle lâche un "oh!" admiratif et applaudit.



Madame Épilée: Merci. Vous direz à votre conjointe qu'elle est chanceuse que des mains aussi habiles habitent dans sa maison...

En Saignant: Je n'y manquerai pas. En passant, vous avez un très joli menton!

Madame Épilée: Merci!

Je poursuis ma route, le coeur léger, l'esprit tranquille d'avoir pu permettre à une vieille madame de manger des bananes mûres. Des vieilles dents, c'est connu, ça aime bien manger mou.

Je jongle avec les pommes, je chante avec les oranges, pendant que les mandarines me sourient. J'arrive devant les mangues.

Mangue: Ça fait longtemps que tu ne nous as pas choisies. Ta bouche nous "mangue" beaucoup!

En Saignant: Peut-être la prochaine fois?

Mangue (triste): Promis?

En Saignant: Je n'y "manguerai" pas!

Tout a changé depuis hier
Et la rue a des yeux qui regardent aux fenêtres
Y a du lilas et y a des mains tendues
Sur la mer le soleil va paraître

Un jeune avec une moppe dans les mains nettoie le plancher d'un mouvement suivant le rythme de la musique. Le plancher brille et mes yeux deviennent tout petits. Lors d'une journée ensoleillée comme celle-ci, vaut mieux ammener des lunettes-soleil.

Je me dirige maintenant vers les carrés de porc, mais pas avant d'avoir caressé quelques baguettes de pain, fait un clin d'oeil à un camembert et salué les croissants. Les boulangères pétrissent pas tristes pour un sous. Elles chantonnent comme des chatonnes.

Arrivé devant le petit endroit réfrigéré, je regarde les carrés de porc. Tiens, ce n'est pas fait comme je le pensais. Si je vous dis le terme "carré de porc", à quoi pensez-vous? À un triangle, à un losange, à un carré? Mais non, ça possède une forme un peu difficile à décrire.

Un jeune boucher s'approche de moi.

Jeune bouché: Bonjour monsieur, quel bon vent vous ammène?

En Saignant: Un vent de fraîcheur, mon ami. Dites-moi, cette pièce de viande a t'elle un meilleur goût que son allure?

Jeune bouché: Je ne sais pas.

En Saignant (surpris): O.K., qu'est-ce que ça goûte?

Jeune bouché: Le porc, j'imagine.

En Saignant (???): Combien de temps pour la cuisson?

Jeune bouché: Bofff, comme le porc, j'imagine.

En Saignant (sarcastique): Tu sembles avoir beaucoup d'imagination...

Jeune bouché: Ouais...

Ouais, un boucher qui ne connaît pas ses viandes, c'est comme un sourd qui travaille chez Music World. Qui sait, peut-être est-il végétarien? Ce n'est pas grave, il avait l'air gentil malgré tout. Et rien ne viendra gâcher cette belle soirée. Allez, M.Trenet, un autre couplet.

Boum
L'astre du jour fait Boum
Tout avec lui dit Boum
Quand notre cœur fait Boum Boum

J'arrive dans la section des poissons. Je cherche le tilapia. Pour les incultes, le tilapia ressemble un peu à la sole mais a une consistance plus... consistante. Ce qui le rend plus facile à cuisiner. Il était annoncé en spécial cette semaine mais je ne le vois pas. Ah, voilà le poissonnier.

En Saignant: Pardon, monsieur...

Le Pas Sonné fuit mon regard, mais je vois bien qu'il m'a vu. À cause du regard croche qu'il me lance. Un regard périphérique.

En Saignant (impatient): Excusez, le tilapia, il était bien en spécial, non?

Pas Sonné: J'pense pas...

En Saignant: O.K., je vois que vous avez du mahi-mahi. Je n'y ai jamais goûté. Son goût s'apparente à quoi?

Pas Sonné (sûr de lui): À la raie des îles.

En Saignant: O.K., mais je ne connais pas la raie des îles. Un peu comme le filet de sole?

Pas Sonné: J'sais pas, je n'y ai jamais goûté.

En Saignant: Au filet de sole?

Pas Sonné: Non, aux deux.

Oh boy! Charlot, s.v.p...

Le vent dans les bois fait hou hou hou
La biche aux abois fait mê mê mê
La vaisselle cassée fait cric crin crac
Et les pieds mouillés font flic flic flac
Mais...

Là, je me dézennize de plus en plus. Madame Épilée repasse devant moi mais finalement, elle possède quelques poils bien dissimulés sur son menton. Elle ne m'apperçoit pas et me cogne juste sous mollet, à la base de la cheville avec son panier.

En Saignant (sarcastique): Excusez-moi...

Madame Poilue (les yeux au ciel): Pffff...

En Saignant: Et mes mains habiles?

Elle est déjà partie. Je continue mon chemin en entendant rire derrière moi. Je me retourne et apperçoit Jeune Bouché et Pas Sonné qui me pointent du doigt, le sourire accroché aux lèvres.

Boum
Quand notre cœur fait Boum
Tout avec lui dit Boum
L'oiseau dit Boum, c'est l'orage

En Saignant: Ah, ta gueule Trenet!

Mais je croyais que tu m'aimais Boum

En Saignant: Nan, je ne t'ai jamais aimé! J'ai juste fait assemblant pour montrer à mes connaissances que je n'écoutais pas seulement du Ferré ou du Brel. Je voulais que les gens pensent que j'étais joyeux. Je me suis servi de toi! As-tu compris, Boum?

... boum

Voilà, bon débarras. Je passe à la caisse avec ma carte de crédit qui ne fonctionne jamais et que la caissière est obligée de rentrer au clavier, chiffre par chiffre, avec un regard haîneux, sous les yeux de l'emballeur qui travaille tellement lentement...

De retour à la maison, je sors les sacs de la voiture. Des sacs avec deux items dedans, ça fait des sacs en ...

Blondinette: Et puis, relaxé?

Comme réponse, j'ai été chercher les disques du fou chiant chantant et les sacre aux vidanges. Devinez quel bruit ils ont fait...

8 commentaires:

Hortensia a dit…

Si j'étais la réalisatrice, je t'engagerais à l'émission L'épicerie pour tenir la chronique musicale des meilleures chansons de super marchés et le palmarès des employés d'épicerie qui connaissent le moins bien leurs produits. Cela dit, ça donne un chouette texte.

Marie-Andrée a dit…

Je ne regarderai plus jamais une mangue de la même façon, j'attendrai avec espoir qu'elle me sollicite afin de finir dans mon assiette. Vous aurez, cher En saignant, créé cette attente.

Sur les plans de la folie littéraire et de la longueur, je peux dire que ce texte mérite un
1+ Très divertissant!

Le professeur masqué a dit…

En saignant: Parlons d'un boucher bouché! Sérieusement, on est souvent mal servi dans les grandes surfaces. Un peu plus et on dérange! Quand la bêtise humaine vient à bout de Trenet, ce n'est pas lui que je mettrais à la poubelle. Tu as besoin d'aide? on pourrait faire un commando masqué...

Zed Blog a dit…

Acheter son tofu au son d'Ilestnéledivinenfant, c'est mieux, ça?

Dans les supermarchés, à part le fait que le/la responsable est toujours un/autre, j'ai vu des atrocités... Chez Lomachin, la dame au comptoir des viandes froides qui manipulait les viandes avec ses mains nues, avant et après l'argent et la caisse... Bon appétit...

Des oilves noires gluantes parce que le monsieur qui en ajoutait chaque jour ajoutait simplement les nouveles sur les anciennes. Allo l'hygiène et la santé.

Je suis tellement contente d'être lactovégétalienne. Miam.

En Saignant, elle carbure à quoi ta Saignantmobile (pas sûre que je veux le savoir)? Jolie trouvaille!

Et dis-moi, j'espère que c'est pas plus permis chez les monsieurs, les poils au menton, hein?

Amusant texte, vraiment!

Le bruit... Je m'essaie avec chlic-chlic, le bruit qe font des DC qui frottent ensemble en prenant le bord de la poubelle.

Zed :)

prof en exil a dit…

excellent texte complètement fou! ça m'a rappelé qqs souvenirs de ma job de jeunesse dans les épiceries!

Mais tu vois que ça t'as quand même permis de relaxé, après coup, en écrivant ce texte délirant!!

y'a rien qui arrive pour rien!

En saignant a dit…

Hortensia: Va pour la job à l'épicerie. D'abord que c'est moi qui conduit le camion dans le plan quétaine de la fin. :) Merci.

Marie-Andrée: Je dois vous faire un aveu. L'histoire de la mangue, ce n'est pas vrai. Je l'ai inventé. Avec votre note, vous venez de panser des blessures d'étudiant frustré. :)

PM: Excellente idée, le commando masqué. Nous commencerons par le IGA, ensuite, Métro et enfin, à nous le Monde!!! (rire sadique)

Zed: Des histoires d'horreurs, ile en pleut, hélas. Pour la Saignantmobile, vu l'état dans laquelle elle se trouve, ça mériterait un billet pour sa description.

Oui, les poils au menton sont permis chez les hommes aussi. Mais ici, je me suis peut-être mal exprimé. On ne parle pas de poils mais bien de cheveux, à la longueur qu'ils avaient. :)

Merci pour le beau commentaire. Vous me gâtez trop, chère amie blogueuse.

Ai-je écrit le mot "amie"???

Prof en Exil: Toi qui vit maintenant dans une contrée lointaine, est-ce qu'un fromage plein de trous te fait de l'oeil parfois, au marché?

Merci pour le commentaire.

Zed Blog a dit…

Ouiiii, mais tu l'as rayé avec le vous. T'es sauf. Pas moi, par contre... Mais c'est au poil!

Zed :D

unautreprof a dit…

ah des fois... on déchante (moi aussi j'ai la capacité de faire des jeux de mots douteux;) )