vendredi 14 décembre 2007

Préliminaires météorologiques

Parfois, on dirait que les élèves ont un baromètre dans le c...

Prenez un groupe de sixième. Des pré-adolescents en pleine découverte de soi et des limites des autres. Durant le dernier mois et demi, pas aucune chicane qui éclate. L'harmonie la plus totale, je me sens presque comme Guy Corneau secouant la tête devant ses invités qui pleurent la fois où ils ont "reçu" un manque d'amour (d'ailleurs, il faudra me l'expliquer un jour ce besoin d'étaler ses problèmes au petit écran plutôt que dans un blog, de façon anonyme!). Le calme plat ou encore, s'ils ne m'écoutent pas, le calme plate.

Le changement de mood se fait discrètement. On ne s'en apperçoit pas tout de suite. Un regard menaçant pendant qu'on apprend aux élèves que le relief principal du Québec est le bouclier canadien, un papier glissé à un voisin, à une voisine, à un voisin et enfin à sa cible pendant que je leur montre comment calculer la moyenne arithmétique. On se dirait de retour au Moyen Âge avec les messagers... Puis, en sortant pour la récréation, deux élèves au pas pressé comme des mémés appercevant le dernier exemplaire du DVD de Céline à Lass Végassss dans un Pharmaprix de Beloeil. Le reste du troupeau? Ils suivent, se dépêchent au cas où ils rateraient le premier coup de poing qui pourrait, s'ils sont malchanceux, mettre fin au combat avant même que les arbitres interviennent. En effet, quoi de mieux qu'un prof pas très athlétique tentant de déméler deux élèves dans la neige jusqu'aux genoux???

Et voilà! Je vous épargne les détails. Résumons celà ainsi: une lèvre fendue, des "c'est pas moi, c'est lui qui a commencé il y a six ans lorsqu'il avait ri de la façon dont je traçais mon A en disant que ça ressemblait à un estomac de chèvre..."

Le problème, c'est qu'un groupe de classe, ça s'infecte. Si on ne règle pas le problème on the spot, c'est comme un bobo laissé sans soin. Le pus s'en mêle et nous voilà pris avec une épidémie avec les amis de l'un contre les grands frères et leurs gangs de l'autre.

Donc, au lieu d'enseigner, j'ai passé l'après-midi à faire le ménage dans les coins sombres de mes deux bums, entouré d'élèves qui s'en mêlent, qui ne s'en mêlent pas et qui s'en crissent à coups de regards en l'air, écoeurés de perdre leur temps.

Alors, une tempête dimanche? Tant mieux. Ça leur fera une bonne excuse jusqu'à mardi, où on excusera leur comportement avec Noël qui approche... Bonne pelle!

C'est arrivé dans une école près de chez vous no.2

Une enseignante de 32 ans qui "ramasse" son groupe d'élève, prétextant que la qualité des cadeaux qui lui ont été offerts pour Nowelle n'équivaut pas à l'énergie qu'elle dépense à chaque jour...

9 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Chasuble! Un coup de pied au cul avec cela! Depuis quand il faut donner des cadeaux au prof! Quelle façon de dénaturer une fête ou l'on est supposé célébrer avec les gens qu'on aime!

Mes cadeaux à moi, ce sont mes élèves qui travaillent, qui me respectent, qui me saluent dans les corridors, qui viennent me conter leurs peines.

J'arrête ici. La colère m'étouffe.

Une Peste! a dit…

Prof Masqué,
Je comprends votre indignation.

Une question, toutefois. À l'auteur de ce blog.
Pourquoi?
Pourquoi un deux sur deux?

Deux billets se terminant par deux "récits" de commentaires d'enseignants minables ayant envers leurs élèves des comportements inqualifiables. Je ne saisi pas.

Tous les autres qui se fendent le c.. à coeur de jour - dont vous êtes sans doute/peut-être - doivent comprendre quoi au juste de ces histoirettes?

Perso, je ne pige pas trop l'intention derrière cela.

En saignant a dit…

PM: je suis parfaitement d'accord avec votre colère. Imaginez si elle vous avait conté celà les larmes aux yeux, sur l'heure du midi... Au moins, vous avez lu l'incompétence, vous ne l'avez pas connu

Peste: je ne honnêtement pas quoi vous répondre. Ce n'est certainement pas pour faire de l'effet. Je crois que c'est simplement important pour moi, si des gens à l'extérieur de l'enseignement tombent sur ce blog, qu'ils connaissent ces pratiques afin d'être plus vigileants face à l'incompétence... Votre message a eu un effet, j'ai passé la chronique cette fois-ci :) Donc, 2 en 3, c'est pas si mal, non?

Le professeur masqué a dit…

Ne vous réjouissez pas trop vite: l'incompétence a ceci de démocratique qu'elle est universellement partagée.

Une Peste! a dit…

@En saignant,
Loin de moi l'idée de faire ma maîtresse d'école et de dicter ;-) ceci et cela. Simplement, je ne saisi pas.

Sans virer parano, c'est pas la joie, ces derniers temps, la vie d'enseignant(e). Les parents nous tombent dessus, les médias jouissent de nous prendre en défaut. L'homme de la rue semble avoir une bien mauvaise opinion de nous. C'est lourd.

Je ne peux donc que ressentir un malaise de lire ces "comptes-rendu" d'interventions faites en classe qui sont loin d'être intelligentes.

Je trouve que de mettre cela en avant, c'est anhilier tous le bon boulot que l'on fait dans nos classes, chaque jour, bien anonymement. Puisque l'humain est un humain, il y a davantage de possibilités que les lecteurs non-enseignants ne retiennent (et ne colportent) que ces faits vécu en guise de généralisations.

Peut-être est-ce comme se battre contre des moulins à vents? Je sais bien que chaque corps de métier a sa part de mauvais "ions", mais je préfère tout de même me concentrer à démontrer que moi et ceux que je côtoie font une c.... de bonne job. Je laisse aux Paul Arcand de ce monde le plaisir de nous chercher des poux: il aime tellement ça, faut pas l'en priver. ;-DD

Une Peste! a dit…

Oups.

..annihiler tout...
..Comptes rendus...
..Faits vécus...
..Moulins à vent...

J'ai le piton du "S" collé, scuzi.

Gooba a dit…

Je ne suis pas d'accord avec toi, Peste. C'est important de dénoncer, dans toutes situations. Les deux gestes rapportés sont assez affreux. Le premier, carrément odieux. Oui, il faut dénoncer ces situations abusives pour faire réfléchir, pour éviter que ça se répète...

Une Peste! a dit…

@Gooba,
Dénoncer? Absolument!

En espérant que la contrepartie soit proportionnelle. Les bons coups que l'on fait, faut les comptabiliser et les mettre en ligne ... Puisqu'il faut 600 faits positifs pour contrebalancer un seul négatif.

On se fait un party de pétage de bretelles? C'est congé demain, on aura l'temps. ;-))

fillettedouteuse a dit…

Ah bon... Alors elle peut me les donner, je les donnerais vonlontière des gens qui n'ont pas tsss...