dimanche 25 juillet 2010

Rien

J'ai enfin un peu de temps libre pour écrire, chose très rare depuis que ma famille s'est agrandie il y a plus d'un an. Blondinette est partie avec ses parents, Loutre et Koala cueillir des bleuets pendant que l'Héritier dort paisiblement dans la chambre d'à côté. Une heure devant moi et un clavier dans une chambre sombre, assis sur une chaise de bureau bon marché qui est, soyons honnête, indigne de mon fessier. Et qu'est-ce qui me vient en tête, en ce beau dimanche après-midi? Rien.

Rien à part que j'ai eu peur cette année. Peur de ne pas survivre face aux 25 élèves qui, baillant aux corneilles le lundi matin comme le vendredi après-midi, m'ont fait sentir tout petit, ce qui n'est pas mince exploit. Peur que la passion de l'enseignement, qui s'est effritée depuis quelques années déjà, m'ait quitté pour de bon. Peur que de me réfugier dans des projets artistiques devienne pour moi une façon de faire bonne conscience devant leurs échecs répétitifs. Surtout, peur de ce que ce genre de projet ammène comme commentaires déplaisants de nos colègues, même ceux qui sont proches de nous, mais qui nous connaissent si mal pourtant.

Puis, la peur de ne plus jamais écrire. Je sais que ça paraîtra irrationnel et un peu fou pour la plupart des gens mais, comme j'en ai parlé ici il n'y a pas si longtemps, cesser d'écrire est souvent une punition que je m'impose à moi-même. Il y a quelques années, j'ai découvert cette passion dont je me passe difficilement maintenant. Un peu comme votre jogging, votre cinéma, votre cuisine ou votre réseau social...

Et je suis obligé de m'arrêter. L'Héritier vient de se réveiller (pour vrai) et ne reconnait plus la pièce ou il se trouve.

Suite bientôt, peut-être...

Bonne fin de juillet!

5 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

En saignant: les peurs sont rarement rationnelles. Et ne prive pas les élèves allumés de ton talent parce que tu as connu des mous...

Embrasse l'Héritier pour moi, même si je suis sûr qu'il ne manque pas d'affection.

L'ensaignant a dit…

merci, PM. Pour ta présence et ton écoute (tes yeux...)

Prof Malgré Tout a dit…

Tu sais, quand tu parles de collègues bêtes qui passent des commentaires poches, je pense toujours que c'est moi. Mais bon, c'est vrai que je passe des commentaires poches! Peu importe, tu as terminé L'ère de rien? Je sais... ce n'est jamais vraiment terminé, mais y a le mot fin à la fin?

Air fou a dit…

Tout sauf fou, écrire si et quand on en a envie.

Et même si... ce serait important? Nnnnnon.

Zed ¦D

Capitaine Hurlevent a dit…

C'est drôle, je voulais justement écrire un billet sur l'angoisse de la page blanche. Chez moi, elle se manifeste dans tous les domaines exigeant un effort d'expression. Quand je chantais, j'avais peur de perdre la voix. Quand j'enseigne, j'ai peur d'oublier ce que je dis, etc.

Vous semblez avoir recommencé à écrire à tout le moins! Au plaisir de vous lire!